LC Aural transcript 2006

2006

 

Section 1

 

Jamel, comment as-tu débuté ta carrière?

Je dois ma réussite professionnelle à mes échecs scolaires. Souvent, bon dernier de la classe, je faisais des bêtises pour amuser les autres. J’ai quitté l’école à l’âge de quatorze ans pour suivre des cours de théâtre.

Tu as dit que tu es un grand stressé.

Oui, la peur que ma carrière s’arrête me hante. Mes parents ont quitté le Maroc pour la banlieue parisienne et on avait très peu d’argent. Aujourd’hui je roule en Ferrari mais j’ai peur de tout perdre.

 

Dans quel milieu te sens-tu le plus à l’aise?

Je peux m’adapter à n’importe quel milieu. Je travaille dans les clubs les plus célèbres de Paris, ce qui ne m’empêche pas de rentrer tous les soirs dans ma banlieue. Pour garder les pieds sur terre, j’ai besoin d’être entouré de mes copains du quartier et de ma famille.

 

 

Section 2

 

Le français va-t-il devenir un jour une langue morte? La question n’est pas ridicule: tous les ans, vingt-cinq langues disparaissent. A ce rythme, la moitié des six mille langues parlées actuellement aura disparu avant la fin du siècle.

Le principe est toujours identique. Un groupe dominant impose sa langue aux autres, soit par la force, comme l’anglais, l’espagnol ou le portugais, soit par le pouvoir d’attraction d’une langue plus dynamique. Dans ce dernier cas, les gens abandonnent volontairement leur langue.

 

Avec une langue, ce n’est pas seulement un outil de communication qui disparait, c’est toute une culture et une représentation du monde qui sont perdues à jamais. Par exemple, certains peuples du Pacifique savent nommer des centaines de poissons.

 

Chaque langue est intimement liée à l’identité du peuple qui la parle, c’est le cas du corse, du breton, du basque, en France. Après des années de combat, on a le droit maintenant de les enseigner dans les écoles et les lycées, même si ils ne concernent qu’un petit nombre d’élèves.

 

 

Section 3

 

Bertand, c’est le cinquantième anniversaire de papa dans deux semaines, on se cotise comme d’habitude?

Je l’avais complètement oublié! Enfin ça tombe mal, je suis fauché en ce moment car je viens de payer mon abonnement au gymnase.

 

Quand même, il faut que nous lui offrions quelque chose de vraiment spécial.

Je sais. Un nouveau portable? Celui qu’il a est vraiment démodé et maintenant ils sont très bon marché.

Mais papa en a déjà un et tu sais bien qu’il se fiche absolument de la technologie, il veut seulement que ça marche.

 

Mais moi j’aimerais bien.

Écoute, je te conseille de réfléchir à ce dont papa aurait envie et pas à ce qui t’intéresse! Moi, je pensais plutôt lui offrir un week-end de détente dans un bel hôtel. Tu sais qu’il travaille comme un forcené au boulot en ce moment.

 

Tu en as parlé à maman? Qu’est-ce qu’elle en pense?

que c’est une très bonne idée. Elle est convaincue que papa rentrera de là avec le moral remonté et j’ai même trouvé une offre spéciale sur le web qui ne coûtera que cent soixante euros.

 

D’accord, ça peut aller. Faut que je m’arrange pour l’argent, je n’ai vraiment pas un sou en ce moment. Tu pourrais m’en prêter peut-être, je te rembourserai à la fin du mois?

 

 

Section 4

 

Nathalie, les femmes sont toujours peu nombreuses en politique, non?

Les femmes font trop peu de politique et surtout trop tard. Dans ces conditions elles ne pourront jamais aller aussi loin que les hommes, tout simplement parce qu’elles ont vingt ans de retard sur eux. Les femmes ne doivent plus accepter d’attendre d’avoir élevé leurs enfants pour se lancer.

Pourquoi est-ce plus difficile pour une femme de s’engager dans la politique?

Elle pense que ce n’est pas un monde pour elle, trop de dureté, de sacrifices, de temps perdu et j’ajoute qu’il faut avoir la chance d’avoir un mari qui accepte une femme qui fait de la politique, une femme qui ne soit jamais là et qui passe son temps avec d’autres hommes.

 

Décrivez le monde politique.

C’est un monde dominé par l’égoïsme et l’orgueil mais aussi un monde rempli de surprises et de découvertes. Quand on a le virus de la politique, on ne peut pas être heureux sans en faire.

 

Il faut être une tueuse pour arriver au sommet?

Franchement, je ne crois pas et je ne me sens pas l’âme d’une tueuse; au contraire, j’aime aider les gens. D’ailleurs, je le dis à toutes les femmes: « … venez faire de la politique, je vous aiderai … ».

 

 

Section 5

 

A Zurich, hier, la France est devenue championne d’Europe de handball pour la première fois de son histoire. Après leur victoire en demi-finale, face à la Croatie, championne olympique, les Français ont battu en finale l’Espagne 31 à 23.

Un adolescent de quatorze ans est entre la vie et la mort après avoir été frappé par la foudre samedi alors qu’il s’abritait sous un arbre près de Deauville.

 

Deux jeunes ont été interpellés par la police lundi soir alors qu’ils tentaient de prendre de l’argent dans un distributeur avec une carte volée. Ils comparaîtront devant le tribunal demain.

Advertisements

LC Aural transcript 2004

2004

 

Section 1

 

Salut Isabelle. Dis donc, ça va? Tu es toute pâle.

Non, ça ne vas pas vraiment Christophe. Je suis toujours sous le choc de ce qui m’est arrivé ce matin.

Quoi? Tu as eu un accident?

Non non, pas du tout. Non, mais j’ai eu une très mauvaise expérience dans un magasin.

Qu’est-ce qui s’est passé?

Ben, je voulais acheter un cadeau pour papa, c’est son anniversaire demain et j’ai décidé de lui acheter un portefeuille. Alors je suis entrée dans la maroquinerie, rue Voltaire, tu connais?

Oui, ou je le connais très bien, ce magasin.

Alors j’étais en train de regarder les portefeuilles quand j’ai réalisé que j’avais oublié de passer à la banque pour prendre de l’argent et j’étais sur le point de quitter le magasin quand un employé s’est approché de moi et m’a demandé de le suivre.

 

Pourquoi il t’a demandé ça?

Il paraît qu’il me soupçonnait d’avoir volé quelque chose. J’ai dû le suivre dans un petit bureau où il y avait une employée qui m’a demandé d’ouvrir mon sac. Ils n’ont rien trouvé bien sûr.

Il s’est excusé, le type?

Oui. Il m’a expliqué que je sortais à peine une minute après être entrée dans le magasin et que j’avais l’air très pressé.

Mais ce n’est pas une raison, c’est scandaleux cette histoire. Écoute Isabelle, à mon avis, tu devrais y rentrer tout de suite et demander à voir le patron.

Tu crois?

Absolument. Allez, on y va tous les deux, d’accord?

 

Section 1

 

Salut Isabelle. Dis donc, ça va? Tu es toute pâle.

Non, ça ne vas pas vraiment Christophe. Je suis toujours sous le choc de ce qui m’est arrivé ce matin.

Quoi? Tu as eu un accident?

Non non, pas du tout. Non, mais j’ai eu une très mauvaise expérience dans un magasin.

Qu’est-ce qui s’est passé?

Ben, je voulais acheter un cadeau pour papa, c’est son anniversaire demain et j’ai décidé de lui acheter un portefeuille. Alors je suis entrée dans la maroquinerie, rue Voltaire, tu connais?

Oui, ou je le connais très bien, ce magasin.

Alors j’étais en train de regarder les portefeuilles quand j’ai réalisé que j’avais oublié de passer à la banque pour prendre de l’argent et j’étais sur le point de quitter le magasin quand un employé s’est approché de moi et m’a demandé de le suivre.

 

Pourquoi il t’a demandé ça?

Il paraît qu’il me soupçonnait d’avoir volé quelque chose. J’ai dû le suivre dans un petit bureau où il y avait une employée qui m’a demandé d’ouvrir mon sac. Ils n’ont rien trouvé bien sûr.

Il s’est excusé, le type?

Oui. Il m’a expliqué que je sortais à peine une minute après être entrée dans le magasin et que j’avais l’air très pressé.

Mais ce n’est pas une raison, c’est scandaleux cette histoire. Écoute Isabelle, à mon avis, tu devrais y rentrer tout de suite et demander à voir le patron.

Tu crois?

Absolument. Allez, on y va tous les deux, d’accord?

 

 

Section 2

 

Aujourd’hui, les Français ne sont pas les seuls à rechercher leur coin de paradis entre les quatre murs d’une vieille ferme. Nos voisins européens trouvent aussi dans l’Hexagone des campagnes moins peuplées et surtout moins chères que dans leur pays d’origine. Les Allemands se concentrent dans le nord-est et dans le sud-est et les Néerlandais dans le centre, en Bourgogne et dans le sud.

Les Britanniques, eux, couvrent tout le territoire et en 2000 ils représentaient un quart des acquéreurs étrangers en France, en hausse de 13% depuis 1994.

 

En basse Normandie, en dehors des grandes villes, 3% des maisons sont achetées par des Anglais aujourd’hui. Le phénomène prend une telle ampleur qu’une commune va bientôt ouvrir une école anglophone, et le marché est tellement dynamique que des étrangers s’installent en France pour ouvrir des agences immobilières.

 

On remarque aussi que la population qui constitue cette nouvelle immigration évolue. On voit moins de retraités, plus de jeunes ménages avec enfants en bas-âge et, de plus en plus, ils font de leur résidence secondaire une résidence principale.

 

 

Section 3

 

Jean-Paul (Judo coach)

Comment décrire la qualité des installations sportives, le climat chaleureux et l’organisation scrupuleuse et efficace? Entrer dans un stade pour la cérémonie d’ouverture devant soixante-quinze mille spectateurs restera gravé dans ma mémoire et dans celle de tous nos sportifs présents.

Roseline (mother of Frédéric, a participant)

Frédéric n’étant pas dans une institution, il n’a accès à aucune activité sportive. Special Olympics lui a donné l’opportunité de vivre de grands moments d’émotion avec d’autres personnes et je sais que ça a été quelque chose d’extraordinaire pour lui.

 

Marc, (Volunteer)

Notre entreprise souhaitait soutenir Special Olympics en encourageant nos employés à participer en tant que bénévoles lors de ces jeux à Dublin. Se retrouver tous ensemble, tous milieux confondus et sans hiérarchie pour une même cause, a été pour moi une expérience inoubliable.

 

Louise (Interpreter)

J’ai passé quinze jours avec la délégation française. Ce que j’ai trouvé très bien, c’était que chaque sportif, quelle que soit sa performance gagne quelque chose. Mais quelle tristesse de les quitter tous à la fin, c’était affreux.

 

 

Section 4

 

L’ONU a adopté la Convention internationale des droits de l’enfant le 20 novembre 1989. Elle a été ratifiée par 190 pays à l’exception des États-Unis et de la Somalie mais cet accord n’a pas vraiment amélioré la situation des enfants partout dans le monde.

Paul Ariesse, expliquez-nous pourquoi.

La Convention internationale de 1989 a révolutionné notre vision de l’enfant. Il a désormais des droits face aux adultes. Par exemple, en France, un jeune peut, jusqu’à 25 ans, exiger que ses parents pourvoient à ses besoins.

En Allemagne, des ados ont intenté un procès à leurs parents sous prétexte qu’ils entraient dans leur chambre et fouillaient dans leurs affaires. Cet exemple paraît extrême peut-être, mais il prouve à quel point les mentalités et les droits ont évolué en Europe.

 

Mais dans les pays du tiers-monde, la situation est bien différente n’est-ce pas?

Oui, c’est vrai, dans les textes de la Convention, par exemple, l’enfant a droit à la santé mais si les médicaments génériques ne sont pas vendus dans ces pays, peut-on considérer que les droits de ces enfants sont respectés? Prenez un autre droit: celui aux jeux et aux loisirs. Le problème là, c’est que la Convention n’interdit pas l’enrôlement dans les armées à partir de 15 ans. Résultat: le nombre d’enfants soldat ne diminue pas.

 

Alors on voit bien que la réalité est bien éloignée de la situation idéale des textes de la Convention et c’est clair qu’il nous reste encore beaucoup de chemin à parcourir avant de considérer que tous les enfants naissent et demeurent égaux en droit.

Merci, Paul.

 

 

Section 5

 

Après le gel et la canicule, la récolte du Beaujolais nouveau sera, selon les producteurs, en baisse de quarante pour cent par rapport aux années passées. On évoque même un risque de pénurie.

Les ventes d’abonnement à l’internet haut débit explosent. Cinquante mille personnes y souscrivent chaque semaine et les fournisseurs ont du mal à répondre à la demande.

 

Pris de panique quand un incendie a ravagé leur immeuble dans le centre de Morlaix, le père et la mère de Pauline, 4 mois, et Thomas, 2 ans, les ont littéralement jetés par la fenêtre au lieu d’attendre l’arrivée des pompiers. Fort heureusement, deux policiers les ont récupérés sains et saufs dans leurs bras.